Paiement en attente : Retards de financement des organisations à but non lucratif de CNY au niveau de l’État

Colby Cyrus, CAPM et Frank Ridzi, Ph.D. présentent notre analyse de la fréquence des retards dans le financement des organisations locales à but non lucratif par l'État de New York. Des retards importants peuvent avoir des répercussions sur la capacité d'une organisation à mener à bien sa mission.

Les retards de paiement aux organisations à but non lucratif dans le cadre des contrats de l’État de New York sont un problème depuis les années 1980. Pourtant, malgré des décennies de sensibilisation et une multitude de corrections de trajectoire, il est frustrant de constater que peu de progrès ont été réalisés pour remédier à cette situation, qui se traduit souvent par des difficultés financières pour les organisations à but non lucratif du centre de l’État de New York. Dans notre dernier numéro, nous examinons la fréquence de cette situation, les mesures que les organisations à but non lucratif sont obligées de prendre pour combler la différence, et nous recommandons une nouvelle solution qui peut être utile dans certaines circonstances.

Rédigé par Colby Cyrus, CAPM, gestionnaire de programme et Frank Ridzi, Ph.D., vice-président, Investissement communautaire

Télécharger en PDF

L’attente

Les New-Yorkais de tout l’État bénéficient des services que près de 119 000 organisations à but non lucratif leur fournissent quotidiennement (IRS, 2023). Mais ces services ont un coût, celui de l’attente de fonds qui tardent à arriver. Les organisations à but non lucratif en général sont toujours confrontées à une question qui ne semble jamais disparaître : comment pouvons-nous payer cela ? Bien que les organisations puissent proposer des programmes de rémunération à l’acte, la réalité est que la plupart des organisations à but non lucratif doivent compter sur une aide extérieure pour financer leur travail. Une solution courante pour les organisations à but non lucratif de l’État de New York consiste à passer des contrats avec l’État lui-même, en tirant parti des innombrables possibilités de financement qu’il offre (un examen rapide montre qu’il y a environ 32 agences de l’État qui offrent une forme ou une autre de financement). Si cette approche peut sembler prometteuse, elle présente un problème de taille : lorsque l’argent est attribué, il peut ne pas apparaître, parfois pendant très longtemps.

Ce problème n’est pas nouveau. La question du paiement rapide est dans le collimateur de l’État depuis le milieu des années 1980 environ, et a même donné lieu à la Prompt Contracting Law en 1991 (NYS Office of the Comptroller, 2014). Pourtant, malgré des décennies de sensibilisation et une multitude de corrections de trajectoire, il est frustrant de constater que peu de progrès ont été réalisés pour remédier à cette situation qui entraîne souvent des difficultés financières pour les organisations sans but lucratif de l’État. Pour mettre cela en perspective, l’Office du contrôleur de l’État de New York (OSC) signale que 58 % des contrats ont été exécutés tardivement en 2021, soit une légère baisse par rapport aux 78 % de 2020 (NYS Office of the Comptroller, 2022). Pour situer le contexte, le dernier rapport de l’OSC sur les contrats rapides indique que “la loi [Prompt Contracting] définit … des délais pour les contrats rapides : 180 jours à compter de l’affectation des fonds par l’État pour les nouveaux contrats de subvention concurrentiels entièrement exécutés, et 150 jours pour les nouveaux contrats de subvention non concurrentiels ou financés par l’État fédéral entièrement exécutés”. (Bureau du contrôleur de l’État de New York, 2021). Cela signifie que, lorsqu’un contrat est signalé comme ayant été exécuté tardivement, les fonds ont été envoyés à l’organisation à but non lucratif au moins 6 mois après la finalisation du contrat.

Il serait logique de penser que ces chiffres sont élevés en raison de l’impact économique de la pandémie. Toutefois, en 2018 et 2019, l’OSC signale que 47 % et 50 % des contrats ont été exécutés en retard, respectivement. Si le COVID-19 est en partie responsable des retards pris par l’État, il est clair que ce problème est bien antérieur à la pandémie.

Il est donc clair que les délais imposés par l’État obligent les organisations à but non lucratif à résoudre des problèmes pour continuer à mettre en œuvre leurs programmes, ce qui réduit leurs marges et leurs capacités opérationnelles déjà minces. Compte tenu de tout cela, nous nous sommes demandés à quoi cette situation pourrait ressembler pour les organisations à but non lucratif du centre de l’État de New York. Pour tenter de le savoir, nous avons engagé une conversation avec les partenaires de notre zone de service de cinq comtés, en leur posant essentiellement la question suivante : “Avez-vous subi des retards ? Si oui, qu’est-ce que cela a signifié pour vous ?” Nous avons également cherché à savoir dans quelle mesure ce problème est répandu, ce que les organisations à but non lucratif ont fait pour tenter d’y remédier et, en fin de compte, ce qu’elles ont fait pour atténuer le manque à gagner. Ce rapport résume ce qu’ils nous ont dit à la suite de notre collecte d’informations.

L’expérience

Au fil des ans, des partenaires associatifs nous ont raconté des anecdotes sur la frustration engendrée par les retards de financement de l’État. Bien sûr, c’est logique : lorsque vous savez que vous allez recevoir de l’argent, vous pouvez commencer à planifier la manière dont vous allez le dépenser, et vous pouvez même avancer une partie des coûts et vous rembourser ensuite avec la récompense imminente. Mais lorsque le chèque n’arrive pas, vous vous retrouvez dans une situation financière précaire. D’après ce que nous avons entendu, c’est ce qui arrivait aux associations locales.

Afin d’obtenir le plus d’informations possible sur ce problème – et d’identifier dans quelle mesure nos partenaires à but non lucratif en font l’expérience – nous avons commencé à contacter des réseaux d’organisations à but non lucratif, tels que le Human Services Leadership Council (HSLC) et CNY Arts, pour voir s’ils avaient des idées à ce sujet. À partir de là, la Community Foundation a pu élaborer et mettre en œuvre une enquête, invitant les contacts des organisations à but non lucratif figurant dans notre base de données à participer et à nous expliquer leurs expériences en matière de retards contractuels (Cyrus 2023).

S’il s’avérait que les organisations locales à but non lucratif étaient effectivement confrontées à ces retards, nous voulions en savoir plus :
1. Existe-t-il des tendances en ce qui concerne les organisations qui passent – ou ne passent pas – par ce processus ?
2. Plus important encore, quels sont les effets à long terme du fait de ne pas recevoir l’argent en temps voulu ?

Nos résultats montrent que, bien que l’expérience soit loin d’être universelle, 58 % des personnes interrogées ont indiqué avoir subi des retards lors de la passation de contrats avec l’État. Ce chiffre représente 52 organisations uniques à qui nous avons parlé de cette question. Lorsque nous avons demandé aux organisations combien de temps elles attendaient généralement, la plupart d’entre elles – un peu plus de 50 % – nous ont répondu que la période d’attente était de 1 à 3 mois. Bien que ce délai soit légèrement inférieur aux seuils de 150 et 180 jours fixés par l’OSC, le fait d’attendre jusqu’à trois mois le paiement promis peut vraisemblablement ralentir la programmation de manière considérable. Comment les organisations à but non lucratif gèrent-elles cette situation ? La mesure palliative la plus courante, dont nous avons entendu parler dans nos conversations avant même cette collecte d’informations, consistait pour les organisations à but non lucratif à contracter une ligne de crédit pour couvrir les coûts, ce qui les soumettait également au paiement d’intérêts.

Vingt-neuf pour cent des personnes interrogées nous ont dit avoir eu recours à une ligne de crédit, tandis que 43 % ont déclaré avoir dépensé une partie de leurs réserves pour faire face au retard de financement. Ce scénario est loin d’être optimal, car des études ont montré que de nombreuses organisations à but non lucratif disposent en réalité de moins de trois mois de dépenses dans leurs réserves (National Council of Nonprofits, 2022). En dépensant une partie de ces actifs pour tenir compte d’un retard dans le paiement d’un contrat, les organisations à but non lucratif disposent en fin de compte de moins de ressources pour faire face aux situations d’urgence. Le fait d’avoir moins de réserves disponibles, en plus du fait que le paiement promis n’est pas garanti, ne fait qu’ajouter à la situation financière précaire de l’association. Outre les problèmes liés à la réception des paiements, il semble également que de nombreuses organisations à but non lucratif aient du mal à atteindre ce stade. Quarante pour cent des personnes interrogées nous ont dit avoir eu des difficultés à mettre en place le contrat au départ. Cela est souvent dû au processus de renvoi et d’approbation du contrat. Pour ce faire, les associations doivent fournir un certain nombre de budgets et de plans de travail différents, qui peuvent être renvoyés plusieurs fois à l’association pour être révisés avant d’être finalisés. Tout cela se déroule en grande partie sur le portail Grants Gateway, qui est apparu plus d’une fois dans nos résultats comme une application lourde et peu conviviale. Bien qu’OSC et NYS aient signalé que l’utilisation de Grants Gateway a rationalisé le processus du début à la fin, certains de nos répondants restent bloqués à cette étape. Ces désagréments peuvent ralentir l’ensemble du processus, compromettre les services fournis par les organisations et les obliger à servir moins de personnes ou à offrir des services à perte.

La voie à suivre

L’expérience et les données montrent que les organisations à but non lucratif compensent les retards de financement du NYS en contractant des emprunts, en modifiant leurs services et en trouvant d’autres mesures palliatives. Nous savons, d’après les données de l’OSC, que plus de la moitié des contrats sont finalisés tardivement. De même, nos propres données montrent qu’il n’est pas rare que les organisations à but non lucratif de la région de New York attendent plusieurs mois avant de recevoir leurs paiements. Tout cela nécessite un changement de politique, une solution durable à un problème qui perdure depuis les années 1980. Bien que la majeure partie de la solution doive être trouvée au niveau de l’État de New York, il existe certaines mesures que nous pouvons prendre dans l’intervalle pour remédier au manque de financement. Pour les fondations communautaires du pays, l’une des options est le soutien flexible offert sous la forme d’investissements d’impact. Défini comme “toute activité d’investissement visant à générer des retours sociaux et financiers positifs” (Council on Foundations), un investissement d’impact est un type de contribution caritative qui génère un retour financier pour la fondation en plus d’apporter un bénéfice à la communauté par l’intermédiaire du bénéficiaire. Les fondations communautaires, de Hawaï à Ann Arbor en passant par Louisville, se sont engagées dans ce type de dons caritatifs. La stratégie de prêt de la Central New York Community Foundation en matière d’investissement d’impact est notre réponse aux besoins que nous avons entendus de la part des organisations à but non lucratif locales, qui ont besoin de liquidités pendant qu’elles attendent que l’argent de l’État leur parvienne. Bien qu’une action au niveau de l’État soit nécessaire pour résoudre le problème, un investissement d’impact de la CNYCF pourrait apporter l’aide nécessaire dans l’intervalle.

Comment cela fonctionne-t-il ? Contrairement aux subventions, qui sont accordées à des organisations pour qu’elles mènent des actions caritatives, l’investissement d’impact consiste à accorder des prêts à des organisations locales qui contribuent à l’amélioration de la communauté. Ces dernières tendent à être une solution à court terme, tandis que les subventions se concentrent davantage sur un impact durable, ressenti bien au-delà de la période de financement. Et bien que les investissements d’impact puissent apporter l’aide nécessaire, ils ne constituent pas une solution parfaite. Par exemple, en fonction du risque, les fondations sont susceptibles de facturer des intérêts, ce qui constitue une charge pour l’organisation à but non lucratif et peut nécessiter une institution financière intermédiaire, en fonction de la capacité de la fondation, ce qui augmente les coûts.

Il est vrai que l’investissement d’impact n’est pas la solution miracle pour résoudre le problème des retards des contrats de l’État de New York, qui dure depuis des décennies. La solution définitive viendra d’Albany, mais l’investissement d’impact est une mesure provisoire fondée sur la flexibilité. Elle permet aux fondations comme la CNYCF de répondre aux besoins des bénéficiaires à un moment précis. Il s’agit essentiellement d’une passerelle destinée à aider les organisations à but non lucratif à poursuivre leurs services en cas de déficit de financement. Et lorsque le paiement est en suspens, la poursuite des services est toujours la première priorité.

Pour en savoir plus sur le programme d’investissement à impact de la CNYCF, visitez notre page sur l’investissement à impact.


Références

Articles connexes

Non classifié(e) July 17, 2024

2024 Partner in Philanthropy Award Recipient

Caragh D. Fahy, CFP®, owner and president of MadisonFinancial Planning Group was the 2024 and ...

Chedy sitting on steps
Publications July 12, 2024

Giving Back to Provide Opportunities with Chedy Hampson

Giving Voice Spring 2024: Donor Story

Publications July 9, 2024

What Happens When I Leave A Bequest To The Community Foundation?

Giving Voice Spring 2024: Giving Matters

Publications July 9, 2024

Project Out Loud Aims To Unite And Amplify Queer Voices

Giving Voice Spring 2024: Cover Story

Publications July 8, 2024

President's Letter

Giving Voice Spring 2024: President's Letter

headshots
Non classifié(e) June 26, 2024

Annonce des nouveaux membres du conseil d'administration

Six nouveaux membres ont été élus par notre conseil d'administration pour un mandat de trois ...

hand holding growing money
Publications June 14, 2024

Philanthropie familiale : Préparer la prochaine génération à la réussite

Justin Miller, directeur national de la planification du patrimoine chez Evercore Wealth Management, nous parle ...

Non classifié(e) July 17, 2024

2024 Partner in Philanthropy Award Recipient

Caragh D. Fahy, CFP®, owner and president of MadisonFinancial Planning Group was the 2024 and ...

Chedy sitting on steps
Publications July 12, 2024

Giving Back to Provide Opportunities with Chedy Hampson

Giving Voice Spring 2024: Donor Story

Publications July 9, 2024

What Happens When I Leave A Bequest To The Community Foundation?

Giving Voice Spring 2024: Giving Matters

Publications July 9, 2024

Project Out Loud Aims To Unite And Amplify Queer Voices

Giving Voice Spring 2024: Cover Story

Publications July 8, 2024

President's Letter

Giving Voice Spring 2024: President's Letter

headshots
Non classifié(e) June 26, 2024

Annonce des nouveaux membres du conseil d'administration

Six nouveaux membres ont été élus par notre conseil d'administration pour un mandat de trois ...

hand holding growing money
Publications June 14, 2024

Philanthropie familiale : Préparer la prochaine génération à la réussite

Justin Miller, directeur national de la planification du patrimoine chez Evercore Wealth Management, nous parle ...

Voir plus